vendredi 4 août 2017

My, myself and my books: réflexion sur la possession des livres papiers

Il me semble avoir été lectrice depuis toujours pour la simple et bonne raison que je n'ai pas de souvenirs de moi dans une période où je ne lisais pas. Certes, il y a eu des périodes de boulimies livresques et d'autres de vide, mais les livres ont toujours fait partie de ma vie. 

Depuis quelques temps, sûrement depuis que je commence à manquer de place chez moi et que les liseuses ont fait leur entrée dans nos vies, je commence à m'interroger sur mon rapport au livre papier. Je me suis posé deux questions: suis-je matérialiste avec mes livres? Ai-je besoin de posséder autant de livres?

Il y a deux ans, j'ai effectué un premier tri dans mes livres; j'ai revendu et donné une cinquantaine d'ouvrages que je ne voulais plus. Mon critère? Je ne les avais pas aimés, ou alors moyennement. Pendant des années, j'ai conservé des livres alors que je ne leur portais que peu d'intérêt, mais je ne pouvais pas m'en débarrasser, comme si c'était un sacrilège, ou comme si j'allais oublié que je les avais lus, réflexion un peu idiote quand j'y repense. 

Seulement, il y a peu... eh bien, les livres ont commencé à ré-envahir un peu trop mon espace. Nouveau tri. J'enlève quelques livres que je n'ai pas aimés. Je m'aperçois que cela ne suffira pas. Je décide de passer à un stade supérieur: enlever les livres que je n'envisage pas de relire un jour, ceux qui ne m'ont pas complètement marquée à un moment donné de ma vie. Là, le tri est plus drastique. Ma bibliothèque respire. Il n'y a que des livres pour lesquels je porte un intérêt très particulier, et ceux que je n'ai pas encore lus, mais qui me font très envie. J'ai aussi retiré ceux que je n'avais jamais lus mais qui ne me faisaient plus envie. Et devinez quoi? Je me sens mieux. 

Par le fait d'avoir moins de livres chez moi, j'ai l'impression d’aimer d'avantage ceux qui sont toujours là. Dès que je lève les yeux sur la bibliothèque, je vois ces livres qui m'ont marquée, façonnée, émue, et je les vois au premier coup d’œil. Ils ne sont plus noyés et perdus dans une masse informe de livres dont je n'ai rien à faire

J'étais matérialiste avec mes livres dans un sens un peu pauvre: j'avais besoin d'en posséder beaucoup, mais je ne les appréciais pas tous. J'ai l'impression d'être devenue matérialiste dans un sens un peu plus noble: je ne conserve que les livres qui ont compté, pour de vrai, pour moi, qui comptent toujours, et qui me rendent heureuse quand je les vois ou à l'idée de les relire. Ils ajoutent une valeur ajoutée à mon bonheur. Je n'avais plus cette sensation, avant. 

Plus le temps passe, plus j'accorde d'importance au moment et au plaisir de lecture, qu'au support en lui-même. Raison pour laquelle, je lis beaucoup sur liseuse en ce moment, alors que je l'avais toujours délaissée depuis mon achat (en novembre 2016). L'avantage que j'y trouve? Je ne me retrouve pas avec un exemplaire papier d'un livre dont je vais devoir me débarrasser. 

J'achète ensuite ces livres pour lesquels j'ai éprouvés des sentiments forts et que j'ai besoin d'avoir en papier parce que ce format reste malgré tout mon préféré et celui qui a le plus de charme à mes yeux. Exemple récent? Les trois tomes du Puits des Mémoires de Gabriel Katz, tous trois lus sur liseuse, que j'ai achetés sur papier ensuite, car je savais que ces livres-là, il me les fallait dans ma bibliothèque. Mes achats sont d'avantage raisonnés

Bien sûr, il m'arrive encore d'acheter un livre directement en papier pour le lire, car je le découvre par hasard dans un rayon de librairie. Cela arrive plus souvent que cet article ne le laisse entendre, bien sûr. Je reste friande du format papier. Mais je fais d'avantage attention à mes achats, et je n'ai plus peur de me débarrasser d'un livre que je n'ai pas aimé ou que je ne compte pas relire même si je l'ai apprécié
Usebook de La Cité des Abysses d'Arianne Bricard
Editions Le héron d'argent
Pour les adeptes de liseuses, qui ne veulent plus vraiment revenir au papier mais qui aimeraient encore avoir une couverture à toucher, j'ai récemment découvert les usebooks. Ce sont des livres numériques USB, sous forme de petites cartes, avec la couverture du livre imprimée dessus. Je trouve le format adorable et intéressant pour ceux qui ont le besoin de renouer avec les sublimes couvertures proposées parfois par les maisons d'édition, colorées, rayonnantes, qui font battre nos petits cœurs parfois un peu superficiels.

Et vous, dites-moi quel est votre rapport aux livres papiers et numériques,
je suis curieuse de connaître d'autres avis! :)

8 commentaires:

  1. Bon vu que tu connais ma vie de A à Z ahah tu sais déjà tout mais ton article m'a rappelé lors que j'ai emménagé avec Luc et que j'ai pris avec moi que les livres les plus chers à mon coeur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha ben moi j'ai emménagé avec personne mais le déclic commence à se faire visiblement :p

      Supprimer
  2. Il faudra que je face le tri. J'aime beaucoup lire sur papier. Bon je n'ai jamais testé la liseuse. Depuis que je refréquente une bibliothèque, je n'achète presque plus de livre en plus ma bibliothècaire me garde des livres qui pourrait me plaire et en général elle ne se trompe.
    Bises
    Ciloucr
    Ciloucr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bibliothèque est un bon allié :p J'y suis longtemps allée, puis j'ai perdu l'habitude et maintenant, je n'arrive pas à me remettre à y aller!
      Merci d'être passée ici, bisous.

      Supprimer
  3. Coucou !

    Je trouve ta démarche super et je me reconnais pas mal dans ce que tu dis ! Je passe un bac littéraire donc 1. Je suis pauvre 2. J'ai essentiellement des classiques à lire. Du coup dans ma bibliothèque il a surtout de vieux bouquins pas tous très beaux ni très intéressants parce que j'ai pas tellement les moyens de m'acheter ceux qui pourraient m'intéresser (je les emprunte, plutôt). Du coup c'est vrai que ma bibliothèque est pleine à craquer mais ne respire pas la joie :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello :)
      Moi aussi j'ai passé un bac littéraire, puis continué en Lettres... Alors nos bibliothèques doivent avoir des similitudes et justement avant je gardais certains classiques juste parce qu'ils en étaient alors que je ne les aimais pas forcément... Maintenant c'est terminé, classique ou pas, je garde uniquement ce que j'aime!

      Bisous :)

      Supprimer
  4. Selon moi, on a tendance aussi à penser à l'argent qu'on a dépensé. Si on ne revend pas le livre (et perso j'ai jamais eu le courage de m'occuper de les vendre) on peut facilement penser qu'on jette l'argent par les fenêtres. Un passage du petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens (si je ne me trompe pas dans le titre) m'avait fait beaucoup de bien. Il disait en gros que, qu'on fasse usage de ce qu'on a acheté (objet, expérience etc) ou non, ça ne nous rendra pas l'argent dépensé (dans le livre, il y avait un exemple plus concret: sortir au milieu d'un film qu'on n'apprécie pas, au cinéma, parce qu'endurer le film jusqu'au bout ne nous rendra pas le prix de la place). Ça m'a permis de me libérer un peu de l'emprise que les objets (livres, vêtements etc) avaient sur moi, parce que je ne voulais pas jeter (ou donner) quelque chose que j'avais payé. Pour les livres, ça m'a permis de faire le point avec moi-même en toute honnêteté, et quand j'ai besoin de faire du tri je me pose toujours cette question: "est-ce que je vais le (re)lire?". Je ne suis plus stoppée par l'idée du prix que j'y avais mis. Et je ne culpabilise plus quand je bazarde des livres que je n'ai pas finis: il y a tellement de choses à lire! Ça sert à rien de se forcer à aller au bout d'une lecture pénible... Bref, je m'étale, mais je suis d'accord avec ton cheminement sur le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir pris le temps de m'écrire par ici ton cheminement à toi! C'est super de pouvoir échanger. Je vais me pencher un peu sur le traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, ça m'intrigue beaucoup, tu as bien fait d'en avoir parlé^^ Moi aussi, c'est vrai qu'avant, je ne me débarrassais pas de mes livres car je les avais payés et je n'allais pas récupérer mon argent (ou du moins pas sa totalité), mais maintenant j'ai totalement occulté ce détail!

      Supprimer

Merci de m'écrire, je te répondrai avec plaisir :) ❤ !